F-X. de Donnea à la One World One Health Conference on wildlife trade

Ces 3 et 4 décembre 2019 se tenait à Bruxelles la ‘One World One Health Conference on wildlife trade’.

Organisée conjointement par le Service public fédéral Santé publique, Sécurité de la chaîne alimentaire et Environnement et la Plate-forme belge pour la biodiversité, cette conférence s’est penchée sur les impacts du commerce des espèces sauvages aux niveaux mondial et local.

Compte tenu de l’ampleur du problème, la conférence s’est concentrée sur deux domaines spécifiques en Belgique:
– le commerce de la viande de brousse
– le commerce des reptiles exotiques et des amphibiens.

Francois-Xavier de Donnea a ouvert les débats par ces mots :

MESSAGE OF INTRODUCTION OF THE CONFERENCE « DEAD OR ALIVE : TOWARDS A SUSTAINABLE WILDLIFE TRADE ».
François-Xavier de DONNEA
Minister of State
Chairman of the Federal Council for Sustainable Development,

Ladies and Gentlemen,

Several recent articles in the press and on Internet emphasize that the poaching of animals to produce bushmeat is exploding in Africa because of the growing demand for bushmeat in African cities and in Europe.

Bushmeat has always been an important source of proteins for the people living in and around the forests. For millennia the hunt for bushmeat was sustainable and didn’t threaten the survival of any species.
This is no longer true today. The hunt and trade of bushmeat have become commercial to supply the fast growing African cities and European consumers looking for exotic « delicatessen ».
According to Center for International Forestry Research or CIFOR, in the Congo Basin alone the produced bushmeat could amount to more than 10 million tons per year. This is more than the total production of bovine meat in Europe ! Of course this figure is an order of magnitude. It is difficult to quantify informal and largely illegal trade flows.

If the current trend goes on, the forests of the Congo Basin will be empty of their animals within a few decennia.

This is a very frightening perspective, as well for the food security of forest peoples, as for the dynamism of the forest ecosystems.
The illegal domestic and international bushmeat trade is extremely profitable. It amounts to hundreds of millions of euros each year. Hence the fight against it is a very difficult task.
Nevertheless, the international Community shoud intensify its fight against this deadly trade. Belgium should make a particular effort to reduce the traffic of illegal bushmeat passing through Brussels Airport.

Being a Belgian citizen, I am ashamed when I read that up to 120 tons of bushmeat might pass through our airport every year.

This is a big shame. It affects the credibility of my country concerning its dedication in the fight for saving the biodiversity.
Our government should require the airlines serving Brussels from Africa to check the freight and luggages they carry to detect illegal meat. This could easily be done by using dogs. Upon arrival in Brussels, a second check should also be performed by our customs officers using the same method. I think that in particular Brussels Airlines should make a special effort to check the freight and luggages for bushmeat. As far as I know it does not exert any such control for the time being at its African destinations. Other airlines, such as Ethiopian Airlines and Rwandair should be submitted to the same requirement.
But the Belgian municipalities hosting restaurants and shops likely to sell bushmeat should also regularly control them. Illegally imported bushmeat may spread deseases. Their sellers pose a threat to the public salubrity. The mayors have the power to close unhealthy shops and restaurants for a maximum of three months. Closing shops guilty of selling illegal bushmeat would give a strong signal to all parties involved in its trafficking. Penal sanctions for convicted traffickers and sellers should also be increased.

Ladies ans Gentlemen,

This conference comes just in time. I congratulate its organizers. Its programme addresses all the major issues of the supply and demand of bushmeat and of its illegal domestic and international trade. I am sure that your work will help strengthen the fight against a traffic that threatens the food security of millions in Africa, the health of many consumers in Europe and the survival of important forest ecosystems. This fight should be merciless.
I wish you a very fruitful conference
Thank you for your attention

La Belgique s’engage dans la lutte contre la corruption liée aux crimes contre la faune sauvage et les forêts en Afrique

A l’occasion de la signature ce 12 février par le Ministre Didier Reynders, Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires étrangères et européennes et Ministre de la Défense, d’un engagement d’un montant de deux millions d’euros en faveur de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (+ d’info sur https://diplomatie.belgium.be/fr/newsroom/nouvelles/2019/lutte_contre_corruption_liee_aux_crimes_contre_faune_sauvage_et_forets ), François-Xavier de Donnea a prononcé le discours suivant :

DISCOURS PRONONCE AU PALAIS D’EGMONT LE 12 FEVRIER 2019 A L’OCCASION DE LA SIGNATURE PAR M. REYNDERS, VICE-PREMIER MINISTRE, DE L’ENGAGEMENT DE LA BELGIQUE AU FONDS « COMBATTING CORRUPTION AND WILDLIFE IN AFRICA » DE L’OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME (UNODC).

Excellences,
Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi de saluer l’engagement de la Belgique, pris sous l’impulsion de son vice-premier ministre Monsieur Didier Reynders, de faire une importante contribution au Fonds « Combatting Corruption linked to Wildlife and Forest Crime in Africa ».

La préservation des forêts africaines est non seulement un enjeu majeur pour les populations autochtones, mais aussi pour l’ensemble de l’humanité. Leur dégradation profonde ou leur disparition provoquerait des changements climatiques affectant tous les continents. Leur biodiversité, patrimoine précieux de l’humanité, serait gravement affectée. De nombreuses espèces animales n’existeraient plus que dans des zoos ou à l’état de fossiles. Les générations présentes vont-elles tolérer l’apparition  de « dinosaures du XXIème siècle » ? Les générations suivantes nous le reprocheraient vivement.

Il est encore temps de sauver ce patrimoine unique, mais il est moins cinq…

La pauvreté de bien des populations autochtones, la pression démographique,  les changements climatiques, la mauvaise gouvernance, la corruption  et la cupidité de trafiquants internationaux d’espèces protégées et de  bois précieux font peser des menaces de plus en plus graves et imminentes sur les forêts africaines.

Selon des estimations récentes du WWF, 12 millions d’hectares de forêts pourraient avoir disparu entre 2010 et 2030 dans les forêts du Bassin du Congo. Soit quatre fois la superficie de la Belgique !

Depuis quelques décennies le braconnage d’éléphants, de rhinocéros, de pangolins et d’autres espèces protégées se pratique à l’échelle industrielle avec des armes de guerre, voir des hélicoptères. On est loin du braconnage artisanal  visant à se fournir en viande de brousse.

En 1960, le parc de la Garamba, situé en Haut-Uele en RDC, comptait quelques 20.000 éléphants, des centaines de rhinocéros et de girafes. Aujourd’hui il y reste environ 1300 éléphants et 48 girafes. Les deux derniers rhinos ont été exterminés voici une douzaine d’années.

En 2012, dans le parc de Bouba Njida au Nord-Ouest du Cameroun, près de 500 éléphants,  sont tombés sous les balles de dizaines de braconniers soudanais et tchadiens, équipés d’armes de guerre automatiques, opérant en groupe organisé et progressant à cheval.

Revenus en janvier 2018,  les braconniers soudanais y tuèrent 6 membres des forces spéciales camerounaises et deux gardes.

Entre 2002 et 2010, 4.000 éléphants furent braconnés dans le parc de Zakouma au Tchad, soit 95 % de son cheptel.

Au parc des Virunga au Nord-Kivu quelques 22.000 hippopotames ont été abattus pendant la guerre civile de 1997 à 2002. Les éléphants y  ont disparu des plaines de la Rwindi, où ils se comptaient par centaines auparavant.

Je ne vais pas prolonger cette litanie funèbre qui concerne aussi de nombreuses autres aires protégées africaines.

Heureusement,  ces braconnages industriels et transfrontaliers ne sont pas une fatalité. La reprise en main de certains parcs, dans le cadre de partenariats publics-privés, à permis d’enrayer la machine mortifère. Zakouma n’a plus perdu que 24 éléphants par braconnage depuis 2010. Il n’en a perdu aucun  ces deux dernières années. Le cheptel y est remonté d’environ 200  à quelques 600 éléphants.  Le parc de la Garamba n’a plus perdu que deux éléphants l’an dernier. Les éléphants repeuplent actuellement  la vallée de l’Ishasha dans le    parc des Virunga à la frontière avec le Queen Elisabeth National Park. Les gorilles de montagne de la chaine des Virunga ont échappé à l’extinction.

Néanmoins, deux  défis énormes et complexes sont à relever par les responsables des aires naturelles en Afrique.

Les braconnages « industriels » sont de plus en plus le fait de groupes armés transfrontaliers, se déplaçant sur des distances énormes. Des bandits soudanais opèrent jusqu’au Cameroun et le Nord de la RDC en passant par le Centrafrique et le Tchad. Des pasteurs transhumants armés descendent du Sahel, sous la pression des changements climatiques et de la croissance démographuque qui y réduisent les pâturages. Ils vont  jusqu’aux provinces du Bas et du Haut-Uele au Nord de la RDC . Ils s’y livrent aussi au braconnage. La coopération sous-régionale et transfrontalière est donc devenue une condition sine qua non de la  lutte efficace contre ces groupes mobiles. Ce fut le thème central de la Conférence que le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo  a organisé du 23 au 25 janvier dernier à N’Djamena.

Par ailleurs, les prix pharamineux de l’ivoire et de la corne de rhinocéros sur les marchés de consommation permettent aux trafiquants de corrompre tant de hauts responsables politiques et administratifs, que des membres des forces de l’ordre, de la justice, des douanes et des petits acteurs de terrain. Un kilo d’ivoire vaut un kilo d’or, soit environ 40.000 dollars. Un kilo de corne de rhino vaut près  de 60.000 dollars !

Mais la corruption n’est pas non plus une fatalité en Afrique. Des exemples édifiants d’intégrité d’éco-gardes en témoignent. Ainsi, lorsque l’an dernier des éco-gardes camerounais arrêtèrent un colonel de gendarmerie avec des dizaines de pointes d’ivoire dans son véhicule, ils refusèrent le pot de vin proposé par le colonel pour sa libération et le livrèrent à la justice. Autre exemple, un officier supérieur des éco-gardes du Parc de la Virunga refusa des pots de vin offerts par la société pétrolière SOCO. Il accepta de témoigner contre elle. Il  joua ainsi un rôle majeur dans la déroute de SOCO au parc des Virunga.

La  lutte contre la corruption liée à la criminalité faunique et forestière est donc essentielle pour préserver la flore et la faune africaine. Mais la corruption est une pieuvre aux tentacules multiples. La  question se pose de savoir par quelle tentacule la saisir pour la combattre efficacement.

Une priorité est de donner aux appareils policiers et  judiciaires  la capacité de poursuivre et de sanctionner effectivement les trafiquants corrupteurs actifs et les corrompus de tous poils.

Dans certains pays les tribunaux manquent parfois des moyens matériels requis pour organiser les procès des criminels fauniques et forestiers qui leurs sont remis par les  autorités des aires naturelles protégées. Celles-ci doivent alors couvrir les frais des procès pour qu’ils aient bien lieu. Ceci peut toutefois conduire à des dérives malsaines évidentes…

Mais, il faut aussi trouver le moyen de mettre les magistrats, policiers, douaniers et éco-gardes à l’abri des tentations. S’ils reçoivent des salaires de misère ou médiocres, ils seront très vulnérables aux chants de sirène des braconniers et trafiquants.

Est-il concevable de créer dans certains pays africains des corps de policiers et de magistrats, voir de douaniers, correctement rémunérés et  spécialisés dans la lutte contre la criminalité faunique et forestière, tant au niveau du braconnage et du trafic, que de la corruption connexe ? C’est sans doute une des  pistes à explorer par la UNODC.

Mais il est en général plus facile d’attraper les lampistes du braconnage que leurs parrains et commanditaires,  parfois très  haut placés dans la hiérarchie de l’Etat. Les braconniers qui attaquèrent en 2012 la réserve de faune à  okapis d’Epulu  en RDC, y massacrant gardes et animaux, travaillaient, selon certaines sources bien informées,  pour un général des FARDC basé à Kisangani.

Pour neutraliser et punir des personnalités haut placées corrompues, complices ou acteurs de criminalité faunique et forestière, il est indispensable de pouvoir compter sur la collaboration du chef de l’Etat. C’est déjà le cas dans plusieurs pays africains, mais pas encore partout. S’assurer de la collaboration volontariste des chefs d’Etat pour sanctionner les corrompus : voici un autre défi à relever par la UNODC.

Enfin, dans la mesure où le braconnage est de plus en plus organisé à l’échelle transfrontalière et sous-régionale, il faut susciter des coopérations judiciaires transfrontalières. Je pense notamment à une  coopération judiciaire  RDC-Ouganda,  dans le cadre de la « Greater Virunga Transboundary Collaboration ». Je pense aussi à une coopération judiciaire Cameroun-Tchad dans la région des parcs contigus de Bouba Njida (Cameroun) et Sene Oura (Tchad). Le Président Déby du Tchad m’a dit qu’il n’est plus possible de gérer le parc de Sene Oura sans un accord de coopération  avec le Cameroun. Il est en gestation, mais non encore conclu. Un accord de coopération judiciaire RDC-Sud Soudan  concernant les parcs contigus de la Garamba et de Lantoto, complèterait utilement l’accord de lutte anti-braconnage que les délégations des deux pays présentes à N’Djamena fin janvier ont décidé de conclure. La contribution  de la Belgique au Fonds de la UNODC est donc  importante. Elle vient à son heure.

Je souhaite bon vent à la UNODC. Elle a bien du pain sur la planche !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

F-X. de Donnea prendra la tête du Conseil fédéral du développement durable

Sur proposition de la ministre du Développement durable Marie Christine Marghem, le Conseil des ministres a approuvé un projet d’arrêté royal portant sur le renouvellement de la composition du Conseil fédéral du développement durable.

Le projet vise à nommer les nouveaux membres du CFDD, pour une période de cinq ans. François-Xavier de Donnea est nommé en tant que président. Il entrera en fonction le 1/10/2018.

Le Conseil fédéral du développement durable donne ses avis à l’autorité fédérale sur la politique de développement durable de celle-ci, soit de sa propre initiative ou lorsque le gouvernement fédéral ou le parlement lui en font la demande.

Le CFDD est tenu de rédiger un avis sur l’avant-projet de Plan fédéral de développement durable de la Commission Interdépartementale pour le Développement Durable.

Le CFDD joue également un rôle de forum. Il encourage le débat sur le développement durable, par exemple en organisant des symposiums dans lesquels tant les spécialistes que le grand public ou les représentants du gouvernement ont l’occasion d’exposer leurs points de vue.
Consultez le site Internet du CFDD