F-X de Donnea au Forum international sur les chaînes d’approvisionnement vertes des produits de l’industrie forestière

François-Xavier de Donnea a participé au Forum international sur les chaînes d’approvisionnement vertes des produits de l’industrie forestière organisé à Shanghai du 20 au 24 octobre 2019. 

L’événement était co-organisé par des partenaires chinois et internationaux: la Global Green Supply Chain chinoise (GGSC) et l’Association technique internationale des Bois tropicaux (ATIBT).

Facilitateur du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo, il a pris la parole lors de la session sur « le rôle de l’industrie du bois pour le changement climatique et le développement » et fut modérateur lors de la session « state and future of the Congo Basin Forests ».

Les partenaires chinois prennent conscience de l’importance de la gestion durable des forêts, pour éviter un épuisement précoce de ressources financièrement rentables

Seul un faible pourcentage des ressources forestières sont exploitées durablement. La biodiversité des forêts est touchée. La Chine absorbe environ 70 % des exportations de bois d’Afrique centrale (CEEAC). Cependant, aucune organisation publique ou privée chinoise ne fait partie des organisations internationales (ATIBT et PFBC).

La tenue du Forum à Shanghai avait donc pour but d’associer les principaux importateurs de bois et forestiers chinois aux efforts de l’ATIBT et du PFBC pour généraliser l’usage de codes de bonne conduite par les entreprises chinoises, actives notamment en Afrique centrale.

François-Xavier de Donnea a encouragé les partenaires chinois à rejoindre le PFBC. En avril dernier, il avait déjà eu l’occasion de présenter cet organisme et l’intérêt que la Chine aurait à le rejoindre, à différents partenaires chinois rencontrés à Pékin en marge du deuxième forum de la Belt and Road Initiative.

 

 

 

 

Développement durable: François-Xavier de Donnea participe au 2e Forum International sur la Route de la Soie

Trade flows, including those along the Belt and Road, should comply with international environmental, fiscal and social norms that are imbedded in international rules and that are in line with our commitments for the UN 2030 Agenda for Sustainable Development. 

François-Xavier de Donnea a représenté la Belgique, ces 25 et 26 avril, à Pékin au deuxième forum international sur la Route de la Soie (Belt and Road Forum).

A cette occasion, il a eu un entretien avec le vice-ministre de l’Ecologie et de l’Environnement, M. Zhao Yingmin.

François-Xavier de Donnea, qui participait au panel  sur la « Green Belt and Road», y a prononcé l’intervention suivante :

« I would like to thank the organizers of this Green Silk Road panel, the Ministry of Ecology and Environment and the National Development and Reform Commission of China, for giving me the opportunity to address this distinguished audience, on behalf of the Government of Belgium.

Almost two years ago, at the occasion of the First Belt and Road Forum, President XI Jinping already recognized the importance of green development in order for the Belt&Road Initiative to be truly sustainable and conducive to inclusive development and benefits for all.

Let me just briefly quote him : “We should pursue the new vision of green development and a way of life and work that is green, low-carbon, circular and sustainable. Efforts should be made to strengthen cooperation in ecological and environmental protection and build a sound ecosystem so as to realize the goals set by the 2030 Agenda for Sustainable Development”.

Belgium very much adheres to President XI Jinping’s concerns. It is important  to turn the Belt and Road Initiative into an open and inclusive cooperation mechanism which functions according to market principles and in respect for international norms and standards. All countries involved have to be able to collect the fruit of developed projects in a framework that encourages responsible economic governance by all.

Trade flows, including those along the Belt and Road, should comply with international environmental, fiscal and social norms that are imbedded in international rules and that are in line with our commitments for the UN 2030 Agenda for Sustainable Development. 

As former Minister for Development Cooperation and today Facilitator for the Congo Basin Forests Partnership, I would like to underline the importance of an environment-friendly and inclusive development path, in order to fulfill the commitments of the 2030 Agenda for Development.

Belgium therefore welcomes the growing and important role of China on environmental issues, natural resources and biodiversity, including through hosting a number of important meetings: this thematic panel, Green Silk Road, the  International Tropical Timber Technical Association next October or the Conference of Parties to the Convention on Biological Diversity in 2020.

Last month, UNEP published its 6th Global Environmental Outlook. Its message is clear: A healthy environment is the best foundation for economic prosperity, human health and well-being. Yet, our planet is increasingly polluted and affected by the adverse effects of climate change. Biodiversity is dramatically receding, environmental degradation becomes widespread.   Urgent action is needed and at an unprecedented scale, to address this situation.

For doing so, we have our compass :  the Agenda 2030 for Sustainable Development and the Paris Agreement on Climate Change. Yet, more ambition is needed, and urgently, if we want to reverse the actual trend and address issues like land degradation, biodiversity loss, air pollution, climate change and resource efficiency.

The upcoming UN Climate Action Summit and SDG Summit next September will be instrumental in this regard. And we also expect the upcoming 15th Conference of the Parties of the Convention on Biological Diversity that will take place here in China to play a similar role by agreeing on an ambitious and realistic post-2020 global biodiversity framework.

Nationally, China has come a long way on tackling air pollution, devising new norms on environmental issues. The same determination is also needed on the international scene, in the BRI framework and elsewhere.

Incremental sector-specific policies alone will not suffice. Environmental considerations need to be mainstreamed into social and economic decisions at all levels in order to enable synergies and avoid potential trade-offs between development targets.

Take infrastructure, which is at the heart of the Belt and Road Initiative, as an example. Infrastructure is linked to all  Sustainable Development Goals. It provides opportunities for employment creation, income generation and economic growth. Yet, if poorly conceived and executed, infrastructure projects  can all too easily yield negative impacts on the environment, on ecosystem integrity and quality, on human health and efforts to address consequences of climate change. Infrastructure development will only deliver optimal and lasting social, environmental, and economic outcomes if the need to mitigate its negative environmental impact is recognized as part and parcel of the decision-making throughout the whole infrastructure life cycle. This is what Greening the Belt and Road Initiative should be about: about promoting integrated approaches, promoting nature-based solutions, applying internationally accepted environmental and social safeguards, standards and assessment methods, about avoiding technological lock-ins or highly fossil-fuel intensive projects, about demonstrating sustainable business cases, …

Another example of the importance we attach to integrated approaches and mainstreaming may be found in our work in the Context of the Congo Basin Forest Partnership, where Belgium has taken up the facilitatorship for the period 2018-2019.

This organization brings together 114 members, including the ten member States of the COMIFAC, the major Donors, representatives of the research Community, of the private sector, of international NGO’s and of the civil Society. Together they promote better governance of the Congo Basin Forests and the preservation of their biodiversity.

I hope that China will consider joining the CBFP in the near future.

The responsible management of natural resources and the sustainable protection of the environment and of biodiversity are one of the priorities of Belgium’s foreign policy in Africa. The preservation of endangered species and of forest resources is threatened by poaching and the corruption which facilitates it. By promoting illegal trade, corruption also weighs on the development of local communities. More broadly, it threatens governance and security in these regions by enabling the funding of criminal networks and armed groups. To prevent and fight wildlife and forest crime, sophisticated criminal networks need to be dismantled. Therefore, Belgium and the United Nations Office on Drugs and Crime (UNODC) have recently signed a new funding agreement worth two million euros to for increased support to African countries, including the Central African region, with a focus on the Democratic Republic of the Congo (Virunga Park), Uganda, Chad and Cameroon. This pledge reflects Belgium’s strong commitment to combatting illegal wildlife trafficking, which requires a global approach and international cooperation between source countries and importing countries.

I would like to conclude by underlining the important role China should play in the international efforts for a sustainable management of natural resources and the protection of biodiversity.  In Africa, and elsewhere along a Green Silk Road. »

Cliquez ici pour voir le reportage sur CGTN français.

En compagnie de Marc Vinck, ambassadeur de Belgique à Pékin.

 

 

 

« Les forêts du Bassin du Congo sont menacées »

Les forêts du Bassin du Congo regorgent de richesses naturelles.  Elles sont pourtant menacées par la forte croissance démographique ainsi que par la corruption. Le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) travaille à leur préservation. Glo.be, le magazine du SPF Affaires Etrangères, a rencontré François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Partenariat, pour en savoir plus.

Comment est né le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo ?

Le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) a été lancé lors du Sommet Mondial sur le Développement Durable à Johannesburg en 2002. Il s’agit d’un partenariat non-contraignant, enregistré auprès de la Commission du développement durable des Nations Unies. C’est Colin Powell, ancien secrétaire d’État des États-Unis qui en est l’initiateur. Le souci de la communauté internationale était de répondre à la nécessité de conserver et de gérer durablement les écosystèmes forestiers de l’Afrique centrale, qui sont une richesse naturelle importante pour les générations présentes et à venir.

Lire la suite de l’interview sur : https://www.glo-be.be/fr/articles/francois-xavier-de-donnea-les-forets-du-bassin-du-congo-sont-menacees

 

En mission au Gabon, le facilitateur du PFBC s’enquiert des menaces transfrontalières pesant sur les ressources forestières et la biodiversité du Bassin du Congo

Du 06 au 8 mars 2019, François-Xavier de Donnea a effectué une mission de travail au près des hautes autorités du Gabon en vue de faire le point sur les menaces transfrontalières pesant sur les ressources forestières et la biodiversité dans la sous région et de présenter les actions et perspectives du PFBC à cet égard.

Ce fut pour lui l’occasion de s’entretenir avec divers autorités du pays, notamment Ministre des Affaires étrangères, Son Excellence M. Guy Kambongo AbduRazzaq, le Vice-président de la République, son Excellence M. Pierre Maganga Moussavou. Ce dernier a réaffirmé l’engagement du chef de l’État qui souhaiterait voir les sociétés forestières et les grandes plantations investir dans l’amélioration du niveau de vie des populations riveraines de leurs zones d’exploitation, surtout en ce qui concerne l’amélioration de leur habitat. Pour Son Excellence Maganga Moussavou, le développement économique et social des habitants des forêts et des riverains des aires protégées est la condition première de leur protection et de leur survie. Un point de vue partagé par le Ministre d’État, chargé des Forêts, de l’Environnement et du Plan Climat, son Excellence M. Guy Mapangou qui a détaillé les différentes mesures prises par le chef de l’État et le gouvernement gabonais pour assurer une exploitation durable des forêts.

François-Xavier de Donnea a également rencontré  M. Lee White, Secrétaire exécutif de l’Agence nationale des Parcs nationaux du Gabon. Le braconnage et l’exploitation illégale du bois dans les aires protégées ont été évoqués, ainsi que l’orpaillage illégal qui s’est développé et entraîne la pollution par le mercure de plusieurs rivières. M. White a souligné la nécessité de mettre en œuvre des mécanismes pour gérer l’arrivée illégale croissante des « réfugiés climatiques » qui portent atteinte à l’intégrité des forêts gabonaises et à leur biodiversité.

Enfin, Mme Jacqueline Van De Pol, représentante de l’ATIBT (Association Technique Internationale des Bois Tropicaux) à Libreville lui a confirmé que l’ATIBT se réjouissait de voir que plusieurs sociétés forestières aux capitaux chinois commencaient à s’engager dans la certification vérifiée.

Compte-rendu complet sur :https://pfbc-cbfp.org/actualites/items/PFBC-GABON.html

© PFBC

 

 

Collaboration fructueuse en vue entre le PFBC et l’ONU Afrique centrale concernant le changement climatique, le braconnage …

François-Xavier de DONNEA, Facilitateur du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) a été reçu le jeudi 7 mars par le Représentant spécial/Chef de l’ONU Afrique centrale (UNOCA), M. François Louncény Fall.

L’occasion pour eux d’évoquer les perspectives de coopération, y compris dans le cadre de la lutte contre le changement climatique, le braconnage et toutes les autres activités criminelles transfrontalières.

En savoir + http://pfbc-cbfp.org/actualites/items/UNOCA-PFBC.html

© UNOCA

A Kinshasa, F-X. de Donnea plaide pour la protection des forêts

Fin février, François-Xavier de Donnea assistait à la réunion du Conseil d’administration du Parc des Virunga qui se tenait à Kinshasa.

A cette occasion, il  a rencontré le Président de la République Démocratique du Congo, M.Félix Tshisekedi et  son directeur de cabinet, M. Vital Kamerhe.

François-Xavier de Donnea a également eu des entretiens avec les ministres de la Justice, de l’Energie et de l’Environnement portant notamment sur des dossiers intéressant le parc des Virunga.

Le Président de la Fondation Virunga Belgique a aussi été reçu par les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat.

Interviewé par Radiookapi, suite à son audience avec le président du bureau provisoire de l’Assemblée nationale, François-Xavier de Donnea dit avoir expliqué à son hôte pourquoi il s’impliquait dans la gestion du parc des Virunga au Nord-Kivu et dans celle de la Garamba en Haut-Uele :

 « Si les forêts congolaises disparaissent, les changements climatiques vont s’accélérer partout dans le monde. Le Congo redémarre et je pense que le Congo a tous les atouts qu’il faut pour devenir une puissance économique importante. L’essentiel évidemment est de mettre sur pied et développer des mécanismes de gestion efficaces. »

Lire le reportage

 

La Belgique s’engage dans la lutte contre la corruption liée aux crimes contre la faune sauvage et les forêts en Afrique

A l’occasion de la signature ce 12 février par le Ministre Didier Reynders, Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires étrangères et européennes et Ministre de la Défense, d’un engagement d’un montant de deux millions d’euros en faveur de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (+ d’info sur https://diplomatie.belgium.be/fr/newsroom/nouvelles/2019/lutte_contre_corruption_liee_aux_crimes_contre_faune_sauvage_et_forets ), François-Xavier de Donnea a prononcé le discours suivant :

DISCOURS PRONONCE AU PALAIS D’EGMONT LE 12 FEVRIER 2019 A L’OCCASION DE LA SIGNATURE PAR M. REYNDERS, VICE-PREMIER MINISTRE, DE L’ENGAGEMENT DE LA BELGIQUE AU FONDS « COMBATTING CORRUPTION AND WILDLIFE IN AFRICA » DE L’OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME (UNODC).

Excellences,
Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi de saluer l’engagement de la Belgique, pris sous l’impulsion de son vice-premier ministre Monsieur Didier Reynders, de faire une importante contribution au Fonds « Combatting Corruption linked to Wildlife and Forest Crime in Africa ».

La préservation des forêts africaines est non seulement un enjeu majeur pour les populations autochtones, mais aussi pour l’ensemble de l’humanité. Leur dégradation profonde ou leur disparition provoquerait des changements climatiques affectant tous les continents. Leur biodiversité, patrimoine précieux de l’humanité, serait gravement affectée. De nombreuses espèces animales n’existeraient plus que dans des zoos ou à l’état de fossiles. Les générations présentes vont-elles tolérer l’apparition  de « dinosaures du XXIème siècle » ? Les générations suivantes nous le reprocheraient vivement.

Il est encore temps de sauver ce patrimoine unique, mais il est moins cinq…

La pauvreté de bien des populations autochtones, la pression démographique,  les changements climatiques, la mauvaise gouvernance, la corruption  et la cupidité de trafiquants internationaux d’espèces protégées et de  bois précieux font peser des menaces de plus en plus graves et imminentes sur les forêts africaines.

Selon des estimations récentes du WWF, 12 millions d’hectares de forêts pourraient avoir disparu entre 2010 et 2030 dans les forêts du Bassin du Congo. Soit quatre fois la superficie de la Belgique !

Depuis quelques décennies le braconnage d’éléphants, de rhinocéros, de pangolins et d’autres espèces protégées se pratique à l’échelle industrielle avec des armes de guerre, voir des hélicoptères. On est loin du braconnage artisanal  visant à se fournir en viande de brousse.

En 1960, le parc de la Garamba, situé en Haut-Uele en RDC, comptait quelques 20.000 éléphants, des centaines de rhinocéros et de girafes. Aujourd’hui il y reste environ 1300 éléphants et 48 girafes. Les deux derniers rhinos ont été exterminés voici une douzaine d’années.

En 2012, dans le parc de Bouba Njida au Nord-Ouest du Cameroun, près de 500 éléphants,  sont tombés sous les balles de dizaines de braconniers soudanais et tchadiens, équipés d’armes de guerre automatiques, opérant en groupe organisé et progressant à cheval.

Revenus en janvier 2018,  les braconniers soudanais y tuèrent 6 membres des forces spéciales camerounaises et deux gardes.

Entre 2002 et 2010, 4.000 éléphants furent braconnés dans le parc de Zakouma au Tchad, soit 95 % de son cheptel.

Au parc des Virunga au Nord-Kivu quelques 22.000 hippopotames ont été abattus pendant la guerre civile de 1997 à 2002. Les éléphants y  ont disparu des plaines de la Rwindi, où ils se comptaient par centaines auparavant.

Je ne vais pas prolonger cette litanie funèbre qui concerne aussi de nombreuses autres aires protégées africaines.

Heureusement,  ces braconnages industriels et transfrontaliers ne sont pas une fatalité. La reprise en main de certains parcs, dans le cadre de partenariats publics-privés, à permis d’enrayer la machine mortifère. Zakouma n’a plus perdu que 24 éléphants par braconnage depuis 2010. Il n’en a perdu aucun  ces deux dernières années. Le cheptel y est remonté d’environ 200  à quelques 600 éléphants.  Le parc de la Garamba n’a plus perdu que deux éléphants l’an dernier. Les éléphants repeuplent actuellement  la vallée de l’Ishasha dans le    parc des Virunga à la frontière avec le Queen Elisabeth National Park. Les gorilles de montagne de la chaine des Virunga ont échappé à l’extinction.

Néanmoins, deux  défis énormes et complexes sont à relever par les responsables des aires naturelles en Afrique.

Les braconnages « industriels » sont de plus en plus le fait de groupes armés transfrontaliers, se déplaçant sur des distances énormes. Des bandits soudanais opèrent jusqu’au Cameroun et le Nord de la RDC en passant par le Centrafrique et le Tchad. Des pasteurs transhumants armés descendent du Sahel, sous la pression des changements climatiques et de la croissance démographuque qui y réduisent les pâturages. Ils vont  jusqu’aux provinces du Bas et du Haut-Uele au Nord de la RDC . Ils s’y livrent aussi au braconnage. La coopération sous-régionale et transfrontalière est donc devenue une condition sine qua non de la  lutte efficace contre ces groupes mobiles. Ce fut le thème central de la Conférence que le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo  a organisé du 23 au 25 janvier dernier à N’Djamena.

Par ailleurs, les prix pharamineux de l’ivoire et de la corne de rhinocéros sur les marchés de consommation permettent aux trafiquants de corrompre tant de hauts responsables politiques et administratifs, que des membres des forces de l’ordre, de la justice, des douanes et des petits acteurs de terrain. Un kilo d’ivoire vaut un kilo d’or, soit environ 40.000 dollars. Un kilo de corne de rhino vaut près  de 60.000 dollars !

Mais la corruption n’est pas non plus une fatalité en Afrique. Des exemples édifiants d’intégrité d’éco-gardes en témoignent. Ainsi, lorsque l’an dernier des éco-gardes camerounais arrêtèrent un colonel de gendarmerie avec des dizaines de pointes d’ivoire dans son véhicule, ils refusèrent le pot de vin proposé par le colonel pour sa libération et le livrèrent à la justice. Autre exemple, un officier supérieur des éco-gardes du Parc de la Virunga refusa des pots de vin offerts par la société pétrolière SOCO. Il accepta de témoigner contre elle. Il  joua ainsi un rôle majeur dans la déroute de SOCO au parc des Virunga.

La  lutte contre la corruption liée à la criminalité faunique et forestière est donc essentielle pour préserver la flore et la faune africaine. Mais la corruption est une pieuvre aux tentacules multiples. La  question se pose de savoir par quelle tentacule la saisir pour la combattre efficacement.

Une priorité est de donner aux appareils policiers et  judiciaires  la capacité de poursuivre et de sanctionner effectivement les trafiquants corrupteurs actifs et les corrompus de tous poils.

Dans certains pays les tribunaux manquent parfois des moyens matériels requis pour organiser les procès des criminels fauniques et forestiers qui leurs sont remis par les  autorités des aires naturelles protégées. Celles-ci doivent alors couvrir les frais des procès pour qu’ils aient bien lieu. Ceci peut toutefois conduire à des dérives malsaines évidentes…

Mais, il faut aussi trouver le moyen de mettre les magistrats, policiers, douaniers et éco-gardes à l’abri des tentations. S’ils reçoivent des salaires de misère ou médiocres, ils seront très vulnérables aux chants de sirène des braconniers et trafiquants.

Est-il concevable de créer dans certains pays africains des corps de policiers et de magistrats, voir de douaniers, correctement rémunérés et  spécialisés dans la lutte contre la criminalité faunique et forestière, tant au niveau du braconnage et du trafic, que de la corruption connexe ? C’est sans doute une des  pistes à explorer par la UNODC.

Mais il est en général plus facile d’attraper les lampistes du braconnage que leurs parrains et commanditaires,  parfois très  haut placés dans la hiérarchie de l’Etat. Les braconniers qui attaquèrent en 2012 la réserve de faune à  okapis d’Epulu  en RDC, y massacrant gardes et animaux, travaillaient, selon certaines sources bien informées,  pour un général des FARDC basé à Kisangani.

Pour neutraliser et punir des personnalités haut placées corrompues, complices ou acteurs de criminalité faunique et forestière, il est indispensable de pouvoir compter sur la collaboration du chef de l’Etat. C’est déjà le cas dans plusieurs pays africains, mais pas encore partout. S’assurer de la collaboration volontariste des chefs d’Etat pour sanctionner les corrompus : voici un autre défi à relever par la UNODC.

Enfin, dans la mesure où le braconnage est de plus en plus organisé à l’échelle transfrontalière et sous-régionale, il faut susciter des coopérations judiciaires transfrontalières. Je pense notamment à une  coopération judiciaire  RDC-Ouganda,  dans le cadre de la « Greater Virunga Transboundary Collaboration ». Je pense aussi à une coopération judiciaire Cameroun-Tchad dans la région des parcs contigus de Bouba Njida (Cameroun) et Sene Oura (Tchad). Le Président Déby du Tchad m’a dit qu’il n’est plus possible de gérer le parc de Sene Oura sans un accord de coopération  avec le Cameroun. Il est en gestation, mais non encore conclu. Un accord de coopération judiciaire RDC-Sud Soudan  concernant les parcs contigus de la Garamba et de Lantoto, complèterait utilement l’accord de lutte anti-braconnage que les délégations des deux pays présentes à N’Djamena fin janvier ont décidé de conclure. La contribution  de la Belgique au Fonds de la UNODC est donc  importante. Elle vient à son heure.

Je souhaite bon vent à la UNODC. Elle a bien du pain sur la planche !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conférence sur le braconnage: Déclaration de N’Djamena

Du 23 au 25 janvier, François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC, a organisé au Tchad, une conférence sur le braconnage.

A cette occasion, il a prononcé le discours suivant : Discours NDjamena 25.01.19 Facilitateur PFBC

Les travaux des Pays et organisations qui y participaient dans le cadre du dialogue politique de haut niveau se sont clôturés par l’adoption de la Déclaration de N’Djamena par laquelle ils prennent une série d’engagements et demandent :

à Son Excellence IDRISS DEBY ITNO, Président de la République du Tchad de bien vouloir faire le plaidoyer auprès de ses pairs pour organiser le troisième Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays de la COMIFAC.

à la CEEAC, dans le cadre de la lutte anti braconnage transfrontalière et de l’écosécurité, d’organiser une réunion des autorités en charge des aires protégées, de la sécurité et de la défense sur la compréhension et la mise en oeuvre de la « Convention pour le contrôle des armes légères et de petit calibre » ;

à l’UNESCO dans le cadre du Programme Homme et Biosphere (MAB), en collaboration avec les partenaires techniques et financiers de faciliter la mise en place et le fonctionnement d’un cadre de concertation sur la transhumance qui permettrait d’analyser les questions fondamentales liées à la transhumance transfrontalière et d’en développer les solutions idoines ;

aux Etats membres de l’OCFSA et aux partenaires techniques et financiers de renforcer cette institution pour qu’elle puisse accomplir convenablement sa mission ;

à la CBLT, la COMIFAC, la CEEAC, la CEDEAO, le CILSS et les partenaires techniques et financiers, de faciliter la construction de points d’eau, la production de fourrages et l’aménagement de pâturages en vue de restaurer la fonctionnalité des écosystèmes dans la zone du Bassin du Lac Tchad.

Le texte complet de la Déclaration peut être consulté  ici

 

 

Parc de la Garamba : des projets au profit des populations environnantes

François-Xavier de Donnea s’est rendu dans le Parc de la Garamba (en République Démocratique du Congo), dont il préside le Conseil d’Administration, pour évaluer l’état d’avancement des différents projets qui y sont menés.

En marge de cette visite, il s’est ensuite rendu à Isiro pour rencontrer le Gouverneur du Haut-Uele, le Dr. J.P. Lola (à dr. sur la photo ci-dessus), ainsi que le gouvernement provincial.

Le but de cette rencontre consistait à leur présenter l’état d’avancement des projets gérés par le parc au profit des communautés environnantes.

 

La Déclaration de Bruxelles ; un engagement pour une gestion durable des forêts du Bassin du Congo

A l’initiative de François-Xavier de Donnea, Facilitateur, la 18è Réunion des Parties du Partenariat pour les forêts du Bassin du Congo s’est déroulée à Bruxelles, les 27 et 28 novembre dernier, en présence de S.A.R. la Princesse Esmeralda de Belgique et du Premier Ministre, Charles Michel.

Représentant les milieux scientifiques, académiques, politiques, les Institutions internationales, les ONG, la société civile des zones concernées et les médias, plus de 450 personnes participèrent aux différents ateliers et à la séance plénière.

Le thème de cette rencontre se focalisait sur ‘L’avenir durable pour les forêts du Bassin du Congo, leurs habitants, leur faune et leur flore’. Outre la qualité et la richesse des échanges, la 18è Réunion des Parties du PFBC a permis de déterminer des engagements importants pour le futur de cette région, engagements coulés dans ‘La Déclaration de Bruxelles’ (Lire le reportage paru dans Afrique Environnement Plus).

Déclaration de Bruxelles
18è Réunion des parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo

Les pays et organisations membres du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo, réunis à Bruxelles dans le cadre de la 18è réunion des Parties, auxquels s’associent les participants au dialogue politique de haut niveau organisé à cette occasion par la facilitation belge du PFBC :

A.  Rappellent que les forêts du Bassin du Congo, qui forment le second massif forestier tropical de la planète  et  s’étendent  sur  deux  millions de km2,  sont  le  cadre  de  vie  de  trente  millions  de personnes, constituent un pôle de biodiversité unique au monde, contribuent aux efforts globaux
en vue de l’atténuation du changement climatique et représentent un réservoir de ressources renouvelables pour le développement durable des pays d’Afrique centrale;
B.  Estiment que, gérées durablement en tant que ressources renouvelables, notamment dans les aires  protégées,  ces  forêts  sont  à  même  de  constituer  un  formidable  vecteur  de  croissance économique  et  de  création  de  richesses  pour  les  populations  actuelles  et  futures  des  pays d’Afrique centrale ;
C.  Soulignent  que  la  mise  en  œuvre  de  cadres  de gouvernance  efficaces,  impliquant  une participation active de la société civile, des peuples autochtones, des communautés locales, des femmes et des jeunes, est nécessaire pour protéger le potentiel des forêts du bassin du Congo et pour  empêcher  un  appauvrissement  irrémédiable  de  leur  biodiversité  abondante  et exceptionnelle;
D. Réaffirment leur engagement permanent à œuvrer à la conservation et à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, de la riche biodiversité qu’elles abritent, et de leur potentiel pour améliorer les conditions et les modes de vie de toutes les populations qui, localement et à travers le monde, bénéficient de leurs ressources et de leurs services éco systémiques ;
E.  Réaffirment:
  L’importance  à  accorder  à  une  application  efficace  des  cadres  juridiques  et réglementaires nationaux, qui doivent constituer le principal pilier de gouvernance pour entretenir les valeurs économiques, biologiques et culturelles des ressources naturelles renouvelables des forêts du bassin du Congo ;
  Le rôle de la gestion durable des forêts dans le contexte des efforts globaux pour lutter contre le changement climatique ;
  L’importance  du  fonctionnement  efficace  des  organisations  régionales  dédiées  à  la conservation des forêts d’Afrique centrale et de leurs valeurs, et considèrent à cet égard les engagements pris par les Etats d’Afrique centrale dans la déclaration de Yaoundé (1999),  dans  le  traité  instituant  la  COMIFAC  (2005)  et  dans  la  décision  faisant  de  la COMIFAC un organisme spécialisé de la CEEAC (2007) ;
F.  Considèrent  que  les  partenariats  entre  pays  d’Afrique  centrale  et  avec  la  communauté internationale, en ce compris les financements, jouent un rôle essentiel dans les efforts que ces pays mettent en œuvre pour conserver et gérer durablement leurs ressources naturelles;
G. Considèrent  que  les  nombreuses  conventions  et  initiatives intergouvernementales, internationales  et/ou  régionales  consacrées  au  développement  durable  à  l’échelle  globale peuvent d’une part renforcer les efforts nationaux et les partenariats bilatéraux qui appuient la mise en œuvre de cadres de gouvernance propices à la gestion durable dans les forêts du Bassin du Congo ; et d’autre part contribuer à la réalisation des objectifs du développement durable ;

1.  En  ce  qui  concerne  les  efforts  de  conservation  et  de  gestion  durable  des  écosystèmes,  de  la biodiversité et des exceptionnelles ressources fauniques des forêts du Bassin du Congo :
  Notent que le Conseil de sécurité des Nations Unies a établi que le trafic d’espèces sauvages issues des forêts du Bassin du Congo alimente les conflits et menace la sécurité régionale et nationale. Le trafic des espèces sauvages et l’exploitation des ressources naturelles peuvent également financer des milices et des groupes armés ;
  Soulignent  l’importance  de  mettre  en  œuvre  des  efforts  intersectoriels  concertés  en  vue  de combattre  le  braconnage  transfrontalier  en  Afrique  centrale,  en  mobilisant  notamment  les Ministères chargés de l’Environnement et des Forêts, de la Défense, de l’Agriculture, ainsi que les Ministères de la Justice et de l’Intérieur ;
  Soulignent que les pays destinataires des trafics et les agences internationales (telles que la CITES) ont un rôle dans la mise en œuvre d’approches visant à améliorer la surveillance, à dissuader les trafics, et à appuyer les cadres opérationnels sous‐régionaux de lutte anti‐braconnage ;
  Rappellent que l’exploitation forestière illégale et les autres pratiques illégales d’exploitation des terres et des ressources naturelles menacent les forêts du bassin du Congo, affaiblissent l’état de droit et peuvent également constituer une source de conflits ;
2.  En ce qui concerne la contribution du secteur privé à la gestion durable des forêts et des autres ressources naturelles exploitées dans le bassin du Congo :
  Encouragent  le  secteur  privé  à  œuvrer  dans  la  transparence  et  à  participer  aux  initiatives d’encadrement  volontaire  des  bonnes  pratiques  qui  existent  dans  la  plupart  des  secteurs économiques impactant les forêts du bassin du Congo;
  Soulignent  que  le  développement  de  modèles  économiques  durables  par  le  secteur  privé nécessite des cadres politiques, juridiques et fiscaux clairs et stables, notamment en matière d’aménagement du territoire, et encouragent les pays d’Afrique centrale et leurs partenaires internationaux à œuvrer en ce sens ;
3. En ce qui concerne les efforts communs déployés dans le bassin du Congo pour lutter contre le changement climatique :
  Encouragent  la  coordination  et  la  cohérence  des  stratégies,  des  programmes  d’appui  et  des mécanismes de financement, selon les cas, dans les pays du Bassin du Congo, notamment au niveau du processus REDD+ (Réduction des Emissions liées à la Déforestation et à la Dégradation), de la formulation des CDN (Contributions Déterminées au niveau National, dans le cadre de l’Accord de Paris), et de la mise en œuvre du défi de Bonn (restauration des paysages forestiers) ;
  Mettent  en  exergue  le  rôle  clé  des  tourbières  du  bassin  du  Congo  dans  les  stratégies d’atténuation et d’adaptation, et appellent à l’adoption d’approches pour leur gestion durable;
4.  En ce qui concerne la contribution de la recherche scientifique et des institutions de formation à la conservation et à la gestion durable des forêts du bassin du Congo :
  Se réjouissent de la diversité des initiatives de recherche visant à améliorer les connaissances sur les  dynamiques  biologiques  et  environnementales  qui  conditionnent  le  maintien  et  le
renouvellement des ressources naturelles des forêts du Bassin du Congo ; notamment en ce qui  concerne la contribution de ces forêts aux efforts d’atténuation du changement climatique ;
  Apprécient et encouragent les efforts communs des organismes de recherche et des institutions de formation des pays d’Afrique, d’Europe et d’Amérique visant à avoir recours à une stratégie commune  et  à  mettre  en  place  un  réseau  international  spécifiquement  dédié aux études interdisciplinaires sur la valorisation et la préservation des ressources naturelles des forêts du Bassin du Congo.